Mots-clefs

,

Cet article porte sur la critique wittgensteinienne de l’ineffable dans l’art. Cette critique s’attaque au mythe selon lequel notre langage ordinaire serait impuissant à décrire ce qu’exprime l’œuvre d’art. Cette impuissance est dénoncée par Wittgenstein comme une illusion. Or cette illusion est générée selon lui par deux grandes croyances : 1° celle selon laquelle l’art aurait pour fonction de nous donner accès à un ineffable situé au-delà des mots ; 2° celle en un langage idéal qui nous permettrait de décrire le plus finement possible ce que nous dit une œuvre d’art. Ce qui est jugé inexprimable dans l’œuvre d’art est en réalité contenu dans ce qu’elle exprime : le vague de nos expressions dans nos jugements et appréciations esthétiques participe du jeu de langage de la description, qui intègre le vague comme une dimension de l’expérience en général, et de l’expérience esthétique en particulier

© Christiane Chauviré

→HERE←

 

Publicités