Mots-clefs

,

De Gérard Mordillat – France – 1993 – 1h30min

Avec Marc Barbé, Sami Frey, Valérie Jeannet, Charlotte Valandrey, Julie Jézéquel, Clotilde de Bayser

Critique Télérama :

Deux hommes marchent vite dans les rues désolées du Paris d’après-guerre. Le plus vieux, béret vissé sur l’oeil, visage ravagé de souffrance et bouche grimaçante, c’est Antonin Artaud, le poète iconoclaste et visionnaire que des amis viennent de sortir de l’asile psychiatrique de Rodez pour le faire transférer à Ivry, dans une clinique plus permissive. Le plus jeune, Jacques Prevel, poète lui aussi, et lui aussi douloureux, suit son maître Artaud comme une ombre… Mordillat filme leurs errances dans un noir et blanc qui évoque admirablement les années 40 ; la caméra épie également les silences tourmentés des deux hommes, les montre aux prises avec la fureur d’écrire. Car ces deux hallucinés n’existent que par leurs mots, dont sont fiévreusement noircis de petits cahiers. Peu importe les femmes, les amis, le monde. Seule compte l’ascèse poétique : pleinement accomplie pour Artaud, à demi réussie pour le disciple Prevel. Tel un poème en images, le scénario procède par fulgurances, ellipses, scènes chocs : comme cette cruelle séquence où l’ancien acteur de Dullin, de Jouvet, de Pitoëff oblige une comédienne à jouer dans le suraigu, le cri. Sans prétendre dresser une chronique des derniers moments d’Artaud, la mise en scène de Gérard Mordillat est fidèle à l’esprit de l’artiste par sa liberté de ton, ses décors imprévus, ses interprètes aux présences dérangeantes. Sami Frey restitue la violence mystique d’Artaud par un jeu étrangement intérieur. Il est entouré de partenaires d’une grâce tragique, tel Marc Barbé (Jacques Prevel). Ce film a été diffusé sur Arte (TRA 2302), tout comme le documentaire de trois heures La Véritable Histoire d’Artaud le Mômo, également signé Mordillat. Cette double exploration de l’âme crucifiée d’un poète est un voyage au pays de l’art qui ne peut laisser personne indemne. Fabienne Pascaud

Fabienne Pascaud

source : http://www.telerama.fr/cinema/films/en-compagnie-d-antonin-artaud,30362.php

 

Publicités