Alhemia

Je n’ai plus d’yeux.

Ce trou dans mon tronc, c’est un vide.
Avant, dans les fissures du Sable d’Oran,
j’étais Crabe-Fard.
Avant, sur les plateaux de Fès,
la joie de mon damier filait
vers l’orée.
Redoute ton nom, ce discours solitaire.
————————————

La tarentule incite

et trempe sa grille.

————————————
Ce fût la contraction de la surface des terres en Europe :
transe et épouvante sur les visages-mes caucasiennes-
splendeur des maillots à rayures parmi
les bétonneuses géantes, tudesques,
avaleuses d’étoiles.

« Tous les violons au diapason ! » hurlait le Grand Uhlan
en Pologne.
Sous le cristal de la Capitale,
dans le luxe des lustres de Mathaus,
dans l’enfer des souris pleinement ouvert :
on pouvait voir filer le violet des diables
en pleine rue, en plein champ, aussi, par évasion des têtes.

Nos os et nos œufs : en collier.
Les ogres noirs et leurs offices :
nos…

View original post 345 mots de plus

Publicités